+
-

Intelligence artificielle

Un livre pour comprendre la communication avec l’IA

Frédéric Landragin, Comment parle un robot ?, Éditions Le Bélial’, 7,99 € en numérique, 16,90 € en version papier, à lire en ligne à l'adresse : https://www.belial.fr/frederic-landragin/comment-parle-un-robot

 

Le 24/03/2020
Stéphanie Chaptal

L’intelligence artificielle, les assistants vocaux et autres robots s’invitent de plus en plus dans nos vies quotidiennes. C'est le cas également et surtout dans le milieu bancaire où, de la lutte contre la fraude au renouveau du service client (comme l’utilisation de Watson d’IBM pour prétrier les courriers électroniques reçus par les clients d’Orange Bank), les usages se multiplient, aussi bien en banque d’affaires qu’en gestion privée ou en banque de détail.

Va-t-on devoir craindre l’avènement de Skynet (Terminator) ou subir le bavardage incessant de droïdes comme C3PO ou R2D2 (Starwars) ? Dans son ouvrage Comment parle un robot ?, Frédéric Landragin, directeur de recherche au CNRS, nous rassure : l’intelligence artificielle telle qu’elle se montre à l’heure actuelle n’a rien à voir avec les rêves et les cauchemars des auteurs de science-fiction. Et avant même de pouvoir se mesurer en termes d’intelligence à des êtres vivants, les machines modernes sont confrontées à un autre problème : comprendre les langages humains et y répondre avec à-propos.

Dans les 250 pages de cet essai, Frédéric Landragin, spécialiste de la linguistique et du traitement automatique des langues, détaille les différentes difficultés auxquels se heurtent les robots et autres systèmes « intelligents » pour déchiffrer les langages humains, en fiction comme dans la réalité. Et ce, à l’écrit comme à l’oral, avec ou sans support visuel pour « lire » leur interlocuteur. Le tout étant présenté de façon très méthodique :

– quelles sont les différentes formes de l’IA parlante?

– quelles sont les multiples approches du traitement automatique du langage?

– comment une machine comprend-elle ce qu’on lui dit ou pas?

– qu’est-ce que la traduction et pourquoi le « babel fish de Douglas Adams [1] n’est qu’un doux rêve?

– enfin, comment faire dialoguer hommes et machines?

Par certains côtés, ce livre est plutôt rassurant sur la capacité des machines à nous espionner ou à nous dominer grâce à leur maîtrise du langage. Par d’autres, il est bien plus inquiétant. En effet, il met en lumière les incompréhensions des machines et les biais cognitifs sources d’erreur que les humains chargés de leurs enseignements peuvent leur apporter. Avec des conséquences potentiellement catastrophiques quand on s’aperçoit qu’une IA s’appuie sur un critère complètement étranger pour prendre une décision avec des vies humaines comme enjeu, car les filtres proposés n’étaient pas assez ou, au contraire, trop précis.

Comment parle un robot a néanmoins un avantage certain. En prenant des exemples tant dans la science-fiction que dans la vie quotidienne, Frédéric Landragin arrive à rendre clair et intelligible un sujet assez obscur pour qui n’a ni appétence pour la linguistique, ni de bonnes connaissances en informatique, et sur lequel nombre d’essais et d’articles aussi alarmistes que fantaisistes ont déjà été écrits. Rédigé pour le grand public et publié chez une maison d’édition spécialisée dans la science-fiction, cet ouvrage s’avère l’un des plus complets dans le domaine, tout en restant parfaitement accessible, même pour des décideurs n’ayant que peu de compétence en informatique. De plus, en ces temps de confinement, il est disponible en numérique et sans verrouillage du fichier.

[1] Dans « Le Guide du voyageur galactique », l'écrivain et scénariste britannique Douglas Adams (1952-2201) a imaginé le « babelfish », petit poisson doté d’une capacité de traducteur universel.

L'auteur

Séminaires

Articles du(des) même(s) auteur(s)

Sur le même sujet