+
-

L'actualité des M&A bancaires

Les cartes de crédit sur la sellette

Les grandes manœuvres s’intensifient dans le domaine des cartes de crédit. À ce stade, les cessions restent limitées aux actifs internationaux.

Le 27/09/2011
Georges Pujals

Outre le coup d’envoi de la consolidation bancaire en Grèce, avec la fusion entre Alpha Bank et Eurobank EFG, la période estivale a été marquée par les nombreuses opérations au sein du métier des cartes de crédit. En effet, trois transactions ont été annoncées en août. Tandis que la banque britannique HSBC cédait son portefeuille américain à Capital One Financial, Bank of America a pour sa part vendu son activité canadienne à Toronto Dominion Bank (voir Encadré 1). Dans le même temps, la banque américaine a indiqué avoir signé un accord définitif pour la vente de sa filiale espagnole au fonds d’investissement Apollo, mais aussi qu’elle allait procéder à la cession de ses activités au Royaume-Uni et en Irlande. Banco Santander, Barclays et Virgin Mobil figureraient déjà sur la liste des principaux prétendants.

Au moins trois raisons majeures expliquent la désaffection actuelle de certaines grandes banques internationales pour ce segment d’activité. Tout d’abord, il s’agit de la conséquence directe de la future réglementation Bâle III. En effet, les portefeuilles de cartes de crédit sont considérés comme très consommateurs de fonds propres, compte tenu du risque élevé qu’ils portent. D’autre part, les créances douteuses sur ces produits augmentent fortement en période de crise, ce qui incite donc les établissements bancaires à s’en séparer avant que le défaut de paiement ne survienne. Enfin, même s’il s’agit d’une activité rentable en raison d’un coût de refinancement aujourd’hui très bas, les revenus qui en sont tirés subissent une pression régulière à la baisse de la part des régulateurs nationaux.

On notera cependant que les principales cessions intervenues ont surtout concerné des actifs situés à l’international [1], les activités domestiques – souvent jugées « fondamentales » – ayant pour le moment été maintenues dans le périmètre stratégique des grands établissements bancaires.

 

Achevé de rédiger le 17 septembre 2011

[1] En mars dernier, Citigroup a cédé les activités de cartes de crédit de sa filiale Egg au britannique Barclays.

L'auteur

  • Pujals
    • Chargé d'études
      Bureau Van Dijk
    • Chargé de cours
      Université Paris-Descartes
    • Economiste bancaire
      CEPN

Pour en savoir plus

image
  • AlphaEurobank : un leader grec d'envergure européenne

    AlphaEurobank : un leader grec d'envergure européenne

Articles du(des) même(s) auteur(s)

Sur le même sujet