+
-

Le métier de chargé d’affaires entreprises en 2012 : la force de rappel de l’orthodoxie financière

L’évaluation du risque de contrepartie est l’une des fonctions fondamentales des banques. Cet article recherche les paramètres qui guident cette activité sur la clientèle des entreprises. Une enquête menée auprès d’une soixantaine de chargés d’affaires montre l’augmentation du poids des variables financières parmi les critères de choix de ces derniers.

Le 28/10/2013
Sylvie Cieply
L’utilisation, depuis Bâle II, de modèles internes pour apprécier le risque de crédit a conduit les banques à rationaliser leurs pratiques. La crise a quant à elle rappelé aux chargés d’affaires que les risques peuvent se réaliser. À la veille de l’implémentation de Bâle III, cet article fait le point sur la pratique des banques en matière d’évaluation du risque entreprise à partir d’une enquête administrée auprès d’une soixantaine de chargés d’affaires (voir Encadré). La comparaison des réponses obtenues avec celles collectées en 2000 (Abdesselam, Cieply et Le Pape (2002)) permet ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

L'auteur

  • Cieply
    • Université de Caen Basse-Normandie IUP Banque Finance Assurance IAE de Caen, CREM-Caen (UMR 6211)

Séminaires

Sur le même sujet