+
-

Actualité des M&A bancaires

Chypre au bord du gouffre

Après l'Irlande, la Grèce et l'Espagne, c'est au tour de l'île de Chypre d'être confrontrée à une crise bancaire sans précédent. Le plan chypriote marque la fin d'un tabou dans le traitement des crises bancaires au sein de l'UE.

Le 23/04/2013
Georges Pujals

Chypre paie cher les dégâts causés par son secteur bancaire hypertrophié (le bilan des banques représentant 7 à 8 fois le PIB de l'île) en situation de faillite. Alors que l'activité des banques chypriotes au niveau national a fait l'objet d'un plan de sauvetage [1], le sort des filiales en Grèce a été réglé dans l'urgence par les autorités d'Athènes.

En effet, la troisième banque grecque, Piraeus Bank, a annoncé le 26 mars dernier la reprise pour 524 millions d'euros des activités en Grèce des trois principales banques chypriotes : Bank of Cyprus, Cyprus Popular Bank (ou Laiki Bank) et Hellenik Bank (voir Encadré 1). La Banque nationale de Grèce (BNG), Alpha bank ainsi que Hellenic Postbank avaient également manifesté leur intérêt. L'an dernier, la Banque du Pirée a déjà racheté la filiale grecque de la Société Générale (Geniki) et absorbé les actifs sains de la banque agricole grecque ATEBank.

À l'issue de l'opération, Piraeus Bank disposera d'un réseau de 1 660 agences, 24 069 collaborateurs et d'un total de bilan de près de 100 milliards d'euros (voir Encadré 2). Par ailleurs, la banque grecque va se hisser au second rang national.

Au-delà des intérêts particuliers de l'acquéreur, cette opération vise aussi un triple objectif. D'une part, il s'agit de sécuriser les dépôts en Grèce pour éviter tout mouvement de panique dans le pays. D'autre part, cette opération garantit la stabilité du système bancaire grec et le protège d'une éventuelle contagion en provenance de l'île. Enfin, elle procure de manière indirecte un soutien à Chypre dans le cadre de la résolution de sa crise bancaire. En effet, le volume des prêts bancaires des banques chypriotes en Grèce atteint près de 24 milliards d'euros, soit 1,2 fois le PIB de l'île. Dès lors, cette cession allégera de facto les besoins de recapitalisation des banques chypriotes.

Même si Chypre semble avoir évité la faillite de son système bancaire, le traitement de cette crise marque une rupture profonde en Europe. Après les actionnaires et les créanciers, c'est en effet au tour des déposants d'être mis à contribution, pour la partie des dépôts supérieure à 100 000 euros. Il s'agit là d'une première en matière de résolution des crises bancaires qui pourrait avoir des conséquences graves à l'avenir. L'inquiétude des déposants va demeurer et surtout leur confiance dans les systèmes bancaires européens sera moins grande, rendant ainsi les prochaines crises de liquidité (bank run) encore plus dévastatrices.

[1] L’accord conclu le 25 mars entre les autorités chypriotes et ses créanciers de la troïka (UE, BCE, FMI) prévoit notamment la liquidation de la deuxième banque du pays, Laïki Bank, et le transfert de ses actifs sains à Bank of Cyprus, laquelle sera recapitalisée. De plus, le dispositif est complété par l’instauration d’un contrôle des capitaux.

L'auteur

  • Pujals
    • Chargé d'études
      Bureau Van Dijk
    • Chargé de cours
      Université Paris-Descartes
    • Economiste bancaire
      CEPN

Pour en savoir plus

images
  • 2. Les chiffres clés du nouveau groupe en Grèce

    2. Les chiffres clés du nouveau groupe en Grèce

  • Chypre au bord du gouffre

    Chypre au bord du gouffre

Articles du(des) même(s) auteur(s)

Sur le même sujet