+
-

Macroéconomie

« Le scénario d’une crise de la dette est plausible à court terme »

Le 17/04/2019
Patrick Artus | Sophie Gauvent

Plusieurs voix se sont élevées ces derniers temps (voir Encadré) pour annoncer la prochaine crise. Quelle est votre analyse de la situation ?

Le niveau d’endettement est souvent pointé du doigt mais certaines dettes ne posent aucune difficulté. Depuis 2008, la dette des pays émergents a beaucoup augmenté (en pourcentage du PIB) mais il faut distinguer la dette de la Chine de celle des autres pays émergents. La dette des pays de l’OCDE (dette publique et privée) a, en moyenne, baissé ; toutefois la dette publique a augmenté. Passons en revue les 3 dettes qui augmentent : la dette chinoise, la dette dans les pays émergents et la dette publique des pays de l’OCDE :

  • la dette chinoise ne présente aucun risque car les créanciers chinois sont endettés auprès des épargnants chinois. En effet, l’épargne est très importante en Chine et il est interdit de prêter à l’étranger ;
  • dans les autres pays émergents, les taux d’épargne sont souvent faibles et l’endettement se fait vis-à-vis du reste du monde. Ce mécanisme a toujours fabriqué des crises, la dernière datant de 2013-2016. Cette situation est préoccupante ;
  • la dette publique des pays de l’OCDE augmente, sauf en Allemagne. Au Japon, par exemple, elle atteint 230 % du PIB, aux États-Unis, 100 %. Cette situation est tenable tant que les taux sont très bas.

Une forte hausse des taux dans les pays de l’OCDE est-elle plausible et quels seraient ses effets ?

Les banques centrales augmenteront les taux si elles doivent lutter contre l’inflation. Et celle-ci pourrait augmenter dans un avenir proche dans la mesure où, depuis le début des années 1980, le marché du travail a été flexibilisé. Ainsi, aux États-Unis, même en période de plein-emploi, il n’y a pas d’inflation car les salaires demeurent bas. Cette situation pourrait évoluer sous l’effet de changements politiques comme le possible accès au pouvoir de figures de gauche (Jeremy Corbyn au Royaume-Uni, ou Bernie Sanders aux États-Unis). Les salaires minima seraient alors augmentés. Après une longue période de grande modération salariale, une augmentation des salaires est à prévoir à court terme, ce qui entraînera une augmentation de l’inflation. Le scénario d’une crise de la dette est donc plausible à court terme.

En cas d’inflation, est-il certain que les banques centrales augmenteraient leurs taux ? Elles ont tellement innové ces dernières années…

Les banques centrales pourraient éventuellement décider de ne pas augmenter les taux afin d’éviter de générer une crise de la dette mais le plus probable est qu’elles augmenteront les taux car la lutte contre l’inflation est dans leur mandat. Alors la crise de la dette éclatera.

En cas de crise de la dette, quels seront les outils pour protéger l’économie ?

Les États et les banques n’ont plus beaucoup de marges de manœuvre pour faire face à une nouvelle crise. Des restructurations de dettes auront lieu.

Propos recueillis par Sophie Gauvent

L'auteur

Le dernier ouvrage de Patrick Artus est « Il faut discipliner la finance », à paraître en mai 2019 chez Odile Jacob.

Séminaires

Articles du(des) même(s) auteur(s)

Sur le même sujet