+
-

Chine

La FTZ de Guangdong devient opérationnelle

Le 26/02/2015
Annick Masounave

« Les années du Bélier ont toujours été des années de changement dans l’histoire de Hong Kong. » C’est en ces termes que Stephen Wong, responsable pour l’Europe du HKTDC [1], a introduit l’annonce de la création de la zone de libre-échange regroupant la province de Guangdong, Hong Kong et Macao, à l’occasion des célébrations du Nouvel An chinois à Paris. Ce projet, auquel les autorités des trois provinces et régions œuvrent depuis début 2013, sera opérationnel à compter du 1er mars 2015. La zone couvrira environ 120 km2, soit une superficie égale à la FTZ de Shanghai, depuis l’annonce de son extension en décembre 2014.

L'immense et riche province de Guangdong [1] possède de nombreux atouts, que la SAR [2] de Hong Kong compte bien faire fructifier dans le cadre de cet accord : les ports du delta de la rivière des Perles rivalisent avec celui de Hong Kong en termes de trafic ; la deuxième Bourse du pays est située à Shenzhen. Une connexion similaire à celle que le HKeX a nouée avec la Bourse de Shanghai est déjà annoncée. En outre, la province est riche d'un tissu industriel qu'elle souhaite faire évoluer, afin de gérer le double problème de la pollution et de la désindustrialisation. En janvier 2014, Liu Wentong, directeur général des affaires financières de la province de Guangdong, venu faire la promotion de ce projet à l'occasion de l'Asian Financial Forum, expliquait vouloir faire évoluer l'économie de la province vers les services [3]. Outre le développement économique que les autorités locales espèrent ainsi stimuler, ces dernières visaient également la diffusion d'une culture financière : « Certaines personnes vivent dans la pauvreté. Les autorités doivent améliorer l'efficacité de leurs investissements ; nous ne pouvons pas nous permettre que, pour 1 dollar investi, seulement 22 centimes aillent aux bénéficiaires. » Le district de Qianhai, majoritairement tourné vers les services financiers, expérimente depuis 2012 des règles calquées sur les lois en vigueur à Hong Kong, notamment en matière fiscale.

La province de Guangdong espère également développer un tissu d’entreprises innovantes. Là encore, cette stratégie est pertinente avec celle de la SAR, qui cherche à attirer les start-up grâce à une politique offensive et incitative : de nombreux incubateurs et espaces de co-working ont été créés, la performance des règles de protection de la propriété intellectuelle est régulièrement mise en avant. Signe de cette volonté de coopération, le Guangdong-Hong Kong Technology Cooperation Funding Scheme (TCFS), un programme conjoint dédié à la R&D et à l'innovation, a déjà été bouclé voici quelques semaines.

A.M.

[1] La province de Guangdong est le premier importateur et le premier exportateur de marchandises du pays. Elle contribue à environ 12 % de la production économique du pays.

[2] Special Administrative Region.

[3] « En 2015, le gouvernement du Guangdong espère que l’industrie des services représentera plus de 50 % de son PIB, et la fabrication de produits de haute-technologie en contribuera à hauteur de 20%. » (Source : consulat général de France à Canton).

[1] Hong Kong Trade and Development Council

L'auteur

Articles du(des) même(s) auteur(s)

Sur le même sujet