+
-

Options binaires et CFD

L’ESMA endosse ses nouveaux pouvoirs

Le 26/04/2018

Avec l’entrée en vigueur de MIF 2, le superviseur européen des marchés financiers a acquis le pouvoir d’interdire certains produits. L’ESMA a ainsi décidé de faire usage de ce pouvoir d’intervention fin mars, en interdisant la vente d’options binaires aux particuliers et en fixant des limites strictes dans le cas des CFD. Ces produits, jouant notamment sur le forex, ont entraîné, ces dernières années, de lourdes pertes à des investisseurs particuliers inconscients des risques qu’ils prenaient. L’ESMA estime qu’entre 74 et 89 % de ces clients perdent de l’argent sur ces investissements. Pour protéger l’épargnant, le législateur français avait décidé en décembre 2016 d’interdire la publicité en ligne pour ces produits dangereux. L’ESMA va donc plus loin… mais pour une période plus courte. En effet, ce pouvoir d’intervention sur les marchés est temporaire et l’ESMA devra à nouveau statuer dans trois mois. Par ailleurs, cette interdiction sera-t-elle vraiment efficace ? C’est ce que se demande en particulier l’Amafi : l’association professionnelle française souligne que ces produits émanent principalement d’entités non régulées, souvent hors Union européenne. L’Amafi souhaiterait aussi que soient explicitement exclus les autres instruments financiers afin d’éviter les effets de bord d’une définition trop large. Enfin, l’association regrette que le profilage des clients selon MIF 2 ne soit pas pris en compte et que l’interdiction porte sur l’ensemble indifférencié des « investisseurs particuliers ».

Sur le même sujet