+
-
Cet article appartient au dossier :

Étude

Union bancaire : le rôle des fusions et acquisitions transfrontières

Pour comprendre la moindre rentabilité des banques européennes comparée à celle de leurs homologues américaines, une comparaison détaillée s’impose. Le processus de concentration progresse aux Etats-Unis alors qu’il stagne en Europe, et le contexte juridique dans lequel les banques européennes évoluent est loin d’offrir les mêmes opportunités qu’un vaste marché domestique.

Le 28/05/2019
Jean-Baptiste Bellon
Le moment décisif n’est pas arrivé : ce matin du 25 avril 2019, un bref communiqué informe les parties prenantes de l’arrêt des pourparlers en vue d’une fusion entre Commerzbank et Deutsche Bank. La constitution d’un « champion bancaire allemand » à partir de ces deux groupes était vue comme un acte essentiellement politique – tourné vers le passé ? - qui allait à l’encontre de la logique de création de groupes bancaires européens – tournée vers le futur ? – souhaité par les superviseurs bancaires européens. La rentabilité structurellement faible de ces deux établissements, imposait en ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

L'auteur

Sommaire du dossier

Articles du(des) même(s) auteur(s)

Sur le même sujet