+
-
Cet article appartient au dossier :

Sortir de la crise : l’Europe ou le concert baroque dans un jardin à l’anglaise

Pour sortir des crises souveraines et afin que l'efficacité des pare-feu financiers soit maintenue, il faudra plus d’Europe : l’unification politique doit se poursuivre, car c’est elle qui rend possible une coopération budgétaire plus étroite. Sans pour autant se faire d’illusions : au mieux, l’Union européenne ne sera qu’une « fédération d’États-Nations », pour reprendre l'expression de Jacques Delors. Il n’y aura pas d’États-Unis d’Europe !

Le 05/06/2012
Hervé Goulletquer
S’interroger sur la crise de la dette souveraine en Europe peut faire penser que l’histoire a commencé ainsi : il était une fois un continent, l’Europe, confronté à une défiance de la part des investisseurs vis-à-vis de la qualité des équilibres financiers du souverain. Mais très vite, force est de s’apercevoir que tout est plus compliqué.Les États-Unis sont à l’origine de la crise souveraineSi on cherche un commencement à cette crise, ni le souverain, ni l’Europe n’apparaissent à la genèse de celle-ci. Les ménages et les institutions financières, pour ce qui est des contreparties, et les ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

L'auteur

Séminaires

Sommaire du dossier

Articles du(des) même(s) auteur(s)

Sur le même sujet