+
-

Parlement européen

Les rendez-vous de mai sous l’œil des marchés

Les investisseurs s’intéressent de près aux prochaines élections européennes. Selon les sondages, la composition du futur Parlement poussera les partis pro-européens à des alliances qui ne faciliteront pas la finalisation de l’Union bancaire, ni une meilleure intégration de la zone euro. Celle-ci risque ainsi d’être mal armée contre la prochaine crise.

Le 13/03/2019
Gilles Moec
Les élections européennes figurent très rarement à l’agenda des grands investisseurs internationaux. Peu observées par les marchés, celles de 2009 ont pourtant eu lieu juste après le maelstrom économique et financier de la Grande Récession. Mais à l’époque, le système politique européen n’avait pas encore implosé. Syriza [1] obtenait moins de 5 % des voix en Grèce, Forza Italia et le Parti Démocrate se partageaient deux tiers des voix en Italie, ni l’AFD [2] ni Podemos [3] n’existait. Quant aux élections de 2014, elles sont intervenues dans un contexte apaisé pour la zone euro – la crise ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

L'auteur

  • Gilles Moec
    • Chief European Economist
      Bank of America Merrill Lynch

Sommaire du dossier

Articles du(des) même(s) auteur(s)

Sur le même sujet