+
-
Cet article appartient au dossier :

Déséquilibres

La gouvernance internationale fait toujours défaut

Selon l’auteur, certains facteurs qui ont conduit à la crise de 2007-2008 n’ont pas disparu, voire se sont aggravés. Les liquidités sont trop abondantes et la dette très élevée. La finance dans son ensemble reste hypertrophiée et insuffisamment régulée et, malgré les réformes, une autre crise est possible.

Le 28/06/2018
Jean-Michel Naulot
En apparence, les crises financières donnent le sentiment d’être très différentes les unes des autres. Dans son livre, La Crise de 1929, anatomie d’une catastrophe financière, J. K. Galbraith considérait dès 1954 que la première cause de l’effondrement des marchés avait été « la mauvaise répartition des revenus », avec le rôle prédominant tout au long des années 1920 des « gens riches et aisés ». Ce groupe était devenu « vital » à la veille de la crise tant il a exercé une emprise sur la société. Ses excès conduisirent à l’effondrement.La crise d’octobre 1987, brutale mais éphémère, fut ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

L'auteur

Sommaire du dossier

Articles du(des) même(s) auteur(s)

Sur le même sujet