+
-

Vie des entreprises

« Le financier, l’investisseur ou le créancier doit prendre en compte le risque météo »

La météo-sensibilité joue un rôle plus grand qu’on ne le croit dans l’explication des performances des entreprises. Jean-Louis Bertrand a modélisé ces corrélations pour en chiffrer les effets. Reste ensuite à couvrir le risque météo, en optimisant son activité ou en souscrivant des dérivés.*

Qui est concerné par le risque météo ?Deux entreprises sur trois ! On a longtemps pensé que le risque météo était l’apanage du seul secteur de l’énergie, sans doute parce que le lien entre variations de température et consommation d’énergie est assez immédiat, mais aussi parce que les énergéticiens sont les plus nombreux à couvrir ces risques à l’aide de produits dérivés. En réalité, à y réfléchir d’un peu plus près, de nombreux secteurs sont concernés : la grande distribution, l’agroalimentaire, les boissons, les transports, le BTP, le textile, le tourisme, l’agriculture… La météo joue ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

L'auteur

  • Bertrand
    • Professeur, titulaire de la chaire Banque et gestion des Risques
      ESSCA EM
    • Consultant
      Metnext

Articles du(des) même(s) auteur(s)