+
-

Gestion prudentielle

Le Comité de Bâle s’intéresse aussi à la microfinance

Réguler les activités de la microfinance est une nécessité croissante afin de protéger l’épargne des clients des institutions de microfinance (IMF). Or cette même régulation peut avoir des effets contreproductifs sur le développement des IMF et, par voie de conséquence, sur la réalisation de l’objectif d’inclusion financière.

Le 31/01/2011
Laurence Saillard
Le Comité de Bâle pour la supervision bancaire (BCBS) a rendu publique en août 2010 une version de ses 25 principes directeurs pour une supervision bancaire efficace adaptée aux activités de microfinance [1], définies comme la fourniture de services financiers de petits montants à des personnes disposant de faibles revenus et à des petites entreprises informelles. Ce texte est destiné à apporter une aide dans l’application de ces principes originels aux activités de microfinance menées par les banques ou les autres institutions acceptant de l’épargne (AIAE).Le BCBS part du constat que, ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

L'auteur

  • Laurence Saillard
    • Chargée d'études au sein de la Chaire Banque Populaire en Microfinance
      Audencia Nantes School of Management
  • Villa Christophe
    • Professor of Finance Holder of the Chair
      Banque Populaire Audencia Nantes School of Management

Séminaires

Articles du(des) même(s) auteur(s)

Sur le même sujet