+
-

Europe des paiements : vers SEPA et au-delà

Dossier réalisé par Élisabeth Coulomb

Introduction

Le 1er février 2014 s’ouvrira l’ère SEPA, avec la fin de la migration aux moyens de paiement européens. Cette échéance reste en France un challenge pour les prochains mois, Compte tenu du retard des PME et TPE dans la préparation de leur bascule. Mais d’ores et déjà apparaissent des offres de services nouvelles, pour les particuliers comme pour les entreprises, construites sur les fondements SEPA mais aussi grâce aux innovations technologiques autour d’Internet et du smartphone.

Le 1er février 2014 s’ouvrira l’ère SEPA, avec la fin de la migration aux moyens de paiement européens. Pour l’heure, l’urgence est de réussir ce passage, alors même que les entreprises PME et TPE sont manifestement en retard dans la préparation de leur bascule. Contrairement aux administrations publiques qui affichent une mobilisation exemplaire !

Parallèlement au passage à SEPA, continue de se dérouler une révolution technologique, notamment autour des paiements sur Internet et sans contact sur mobile. Deux lames de fond qui bouleversent les équilibres de l’industrie des paiements : chaque acteur, ancien ou nouveau, doit y trouver ses repères et surtout un modèle économique viable ; quelle offre à valeur ajoutée de services de paiement ou liés au paiement peuvent-ils offrir, aux particuliers comme aux entreprises ?  L’innovation est ici à l’honneur, même si le terrain de jeux est borné à la fois par les obligations de sécurité que doit respecter tout instrument de paiement, mais aussi par la nécessité d’organiser une concurrence ouverte et égalitaire entre tous les intervenants, en France et en Europe.

Pour les banques, la donne a considérablement changé : elles font désormais face à de nouveaux compétiteurs, entre acteurs du Web, des télécommunications, du e-commerce et autres établissements de paiement. Mais elles ont des atouts à faire valoir, qu’il s’agisse de la proximité avec leurs clients ou du savoir-faire acquis dans la gestion des moyens de paiement.

En tout cas, les paiements constituent aujourd’hui un secteur économique à part entière et comme le souligne Emmanuel Constans, président du CCSF, « l’industrie française des moyens de paiement est parmi les plus performantes au monde ».  À l’heure où la compétitivité économique française doit s’affirmer, celui-ci propose de renforcer et exploiter ce leadership en établissant une stratégie explicite et un plan d’action à moyen terme dans ce domaine en concertation avec tous les acteurs.  Les Assises du paiement devraient ainsi voir ainsi le jour à l’été 2013.

Dossier réalisé par Élisabeth Coulomb

Le dossier que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.