+
-

Social

Diversité et recrutement : les initiatives du secteur bancaire

Le 29/03/2011
Henry Cheynel

Un système de formation interne très structuré et bien doté financièrement permet à des jeunes de toutes origines sociales, sans formation initiale particulièrement élevée, d’entrer dans la profession bancaire, de s’y former et d’accéder à tous les niveaux de responsabilité. Un large recours à l’alternance favorise cette ouverture. Toutefois, la politique de recrutement du secteur doit s’adapter à deux réalités : la complexification des métiers bancaires qui rend la barrière à l’entrée plus exigeante (niveau bac +2 minimum, progressivement bac +3) et l’existence dans la société française de vastes zones de sous-emploi, comprenant des jeunes particulièrement éloignés du type d’emploi qu’offre la banque.

Dans ce contexte, les établissements bancaires ont entrepris de mener des actions de recrutement placées sous le signe de la diversité. Ils y ont été plus particulièrement incités par trois motifs :

  1. D’abord, une position de principe citoyenne. Les gouvernements successifs mènent le combat contre les exclusions liées à l’emploi. Il appartient sans conteste à l’un des plus gros secteurs employeurs de l’économie française d’y participer.
  2. Ensuite la mise sous tension du « marché » des jeunes bac +2/3 de formation banque-finance en raison de la concurrence des assurances et des autres professions financières. Il faut donc élargir le champ du recrutement.
  3. Enfin l’apport que représente l’intégration de jeunes provenant de milieux très différents de ceux qui pourvoient traditionnellement les besoins de recrutement des banques. Sur le plan de la gestion des ressources humaines, cet apport est perçu comme très dynamisant. En termes de positionnement commercial, il s’agit tout simplement de mettre le personnel bancaire en adéquation avec sa clientèle.

Les initiatives prises sont très variées, mal connues du grand public et des salariés des banques eux-mêmes. C’est ce qui a conduit l’Observatoire des métiers de la banque à dresser un tableau d'ensemble [1] de ces actions (voir Encadré).

Bien sûr, comparé à l’ensemble des 30 000 recrutements bancaires annuels, le résultat des actions en faveur de la diversité reste encore modeste, se chiffrant en centaines plutôt qu’en milliers d’entrées. Mais ces initiatives ne doivent pas être appréciées d’un seul point de vue quantitatif ; elles représentent à la fois un élargissement des représentations mentales de la population bancaire, et une mobilisation forte, bien organisée, en faveur des publics en difficulté.

 

[1] Etude « Diversité et Recrutement dans la banque », disponible sur le site de l’Observatoire (www.observatoire-métiers-banque.fr). Ce tableau d’ensemble faisait l’objet d’une demande de la CPNE (Commission Paritaire Nationale de l’Emploi).

L'auteur

Pour en savoir plus

Séminaires

Articles du(des) même(s) auteur(s)

Sur le même sujet