+
-

Financement

Tencent investit dans les FinTechs françaises

Le 24/01/2020
Stéphanie Chaptal

Coup sur coup, deux FinTechs françaises ont annoncé en janvier des levées de fonds record. Leur point commun ? Le conglomérat chinois Tencent, propriétaire de WeChat (y compris WeChat Pay) et ayant déjà investi dans la néobanque allemande N26, qui a chaque fois a été le leader de ces tours de tables.

La première est Lydia qui, le 15 janvier dernier, annonçait avoir finalisé un tour de table à 40 millions d’euros. Pour Cyril Chiche, cofondateur et président de Lydia, cet investissement va donner un coup de boost au développement de sa société. « Nous sommes désormais en bonne position pour apporter aux consommateurs une alternative crédible au modèle traditionnel de distribution des services financiers par les acteurs bancaires. Ce modèle de plate-forme est déjà bien établi dans d’autres secteurs d’activité comme les voyages, la musique, le cinéma ou le commerce. » Forte d’un peu plus de 3 millions d’utilisateurs, Lydia veut passer la barre des 10 millions en 2021.

La deuxième est Qonto (l’annonce a été faite après la réalisation de notre interview dans les pages précédentes, ndlr) qui, le 21 janvier dernier, a annoncé avoir finalisé un tour de table à 104 millions d’euros pour accélérer son développement européen et obtenir une licence d’établissement de crédit. « Nous voulons répondre aux besoins en découvert de nos clients, leur proposer une carte à débit différé ou encore des lignes de crédit pour qu’ils puissent acheter une camionnette par exemple ou refaire un restaurant », explique ainsi dans un communiquéAlexandre Prot, cofondateur et P-DG de Qonto.

L'auteur

Séminaires

Articles du(des) même(s) auteur(s)

Sur le même sujet