+
-

Telecom

Spoka, la téléphonie sur abonnement pour les FinTechs

Le 22/03/2019
Stéphanie Chaptal

En s’appuyant sur le réseau technologique de Cisco Broadsoft, Arkadin a développé une offre de téléphonie sur IP et de communication unifiée à destination des start-up et des FinTechs. Accessible directement à partir d’un site Web dédié, www.spoka.com, ce service reprend les codes des services grand publics comme Netflix ou Spotify avec un abonnement mensuel sans engagement assorti d’un essai d’un mois gratuit. Deux offres sont possibles qui peuvent être panachées entre les utilisateurs :
Spoka Talk : offre dédiée à la voix, elle propose des fonctionnalités de communications professionnelles (numéro de téléphone propre à chaque utilisateur et valable sur tous ses appareils, PC, smartphone et téléphone fixe, répertoire et serveurs vocaux) pour 10 euros par mois et par utilisateur ;
Spoka Connect : l’offre de communications unifiées regroupe la téléphonie (l’offre Spoka Talk), des réunions virtuelles et des chats à travers une seule application et permet d'intégrer des applications professionnelles externes (Gmail, Outlook, Salesforce, etc.) pour accéder instantanément aux informations et documents de travail communs ou partagés pour 20 euros par mois et par utilisateur.

À ces deux offres, il est possible d’ajouter une composante internationale avec des appels illimités vers des téléphones fixes dans 50 pays et des mobiles dans 25 pays, pour 5 euros par mois et par utilisateur.

Pour les clients européens, les plates-formes hébergeant les services sont installées à Londres et à Francfort et utilisent les systèmes de sécurisation standards de Cisco Broadsoft. Pour l’instant, l’offre est uniquement logicielle (en passant par le site Web ou une application dédiée), mais à l’avenir Spoka pourra proposer des appliances physiques. De même, la société n’est pas fermée à l’arrivée de nouvelles options pour des marchés verticaux, à condition de conserver une offre simple. Lancée début mars en France, Allemagne et Angleterre, la société s’ouvrira aux marchés américain et asiatique dans la seconde moitié de 2019, avant de continuer son déploiement en Europe. Elle vise un chiffre d’affaires de 1,5 milliard d’euros d’ici avril 2020 pour la première année.

L'auteur

Articles du(des) même(s) auteur(s)

Sur le même sujet