+
-

Stratégie bancaire

La révolution silencieuse de la gestion financière

Quels enseignements tirer de la mise en résolution du Crédit Foncier en 2018 après celle du Crédit Immobilier de France en 2012 ? L’auteur montre que ces fermetures d’établissements sont davantage dues à un déséquilibre bilantiel qu’au risque de crédit.

Le 22/11/2018
Serge Moulin
La mise en « run-off » du Crédit Foncier, après celle du Crédit Immobilier de France (CIF), montre à nouveau l’importance pour les banques de disposer de bilans équilibrés, tant en termes d’actifs que de passifs. Si la décision du groupe BPCE est passée relativement inaperçue, probablement parce que le marché l’attendait, il est néanmoins intéressant d’en analyser les motivations dans le contexte récent post-crise financière.Un business model fragiliséCes deux établissements présentaient des similitudes remarquables :– tous les deux maîtrisaient incontestablement leurs risques de crédit ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

L'auteur

Sur le même sujet