+
-

Ressources humaines

Les plans de départ volontaire dans les banques : intérêts et limites

En ces temps de crise, les banques sont contraintes, comme la majeure partie des entreprises, de se réorganiser et, dans certains cas, de réduire leurs effectifs. Afin de mettre en place ces réorganisations, elles optent le plus souvent pour un plan de départ volontaire, plutôt qu'un plan de licenciement. Pourquoi un tel attrait pour ce dispositif ? Quels en sont les atouts et les limites ?

Le 29/01/2013
Marion Ayadi
Depuis 2008 et la crise des subprime, de nombreuses banques ont déjà commencé à ajuster leurs effectifs. Compte tenu de la poursuite de la dégradation de la situation économique et financière globale, cette tendance devrait évidemment s'accentuer. Les observateurs anticipent même la suppression, au cours des années à venir, de 40 000 postes supplémentaires dans le monde au sein des banques de financement et d’investissement [1].Un intérêt constant des banques pour ce dispositifEn France, les plans de départ volontaire (communément appelé PDV) ont affecté en premier lieu les activités ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

L'auteur

Séminaires

Articles du(des) même(s) auteur(s)

Sur le même sujet