+
-

Teradata Universe 2018

L’avenir du Big Data est dans le cloud

Le message à retenir de cette édition de Teradata Universe est que, au XXIe siècle, le cloud est aux entreprises consommatrices de données ce que la vapeur était à l’industrie à la fin du XVIIIe siècle. Et Teradata se veut le moteur de cette transition.

Le 23/04/2018
Stéphanie Chaptal

Annoncé fin 2017, Teradata Analytics Platform étend peu à peu son réseau et arrive actuellement en production chez certains gros clients de Teradata. Le but annoncé par cette plate-forme d’analyse de données est de répondre aux besoins des entreprises en proposant un « Big Data Analytics as a Service. » Comme le rappelle Victor Lund, P-DG de Teradata, « 92 % des entreprises ne répondent pas à leurs besoins en analytique selon le cabinet Gartner. Et de nombreux investissements précédents dans le domaine ont échoué. Tous les jours, de nouveaux algorithmes, de nouveaux langages et de nouvelles sortes de données font leur apparition. » Teradata veut simplifier la vie de ses clients en leur masquant la complexité des tâches. En effet, Teradata Analytics Platform regroupe les principaux moteurs et langages d’analyse dans un même endroit, quel que soit le lieu où se trouvent les données. Avec cette plate-forme et son nouveau slogan, « Teradata Anywhere », l’éditeur fait quatre promesses à ses clients :

  • analyser tout type de données, y compris désormais, avec 4 D Analytics, les données géographiques mises en relation avec le temps (pour optimiser, par exemple, une flotte de véhicules ou un réseau de DAB) ;
  • pouvoir se déployer n’importe où : au sein du datacentre de l’entreprise, sur un cloud privé, chez Teradata ou sur un cloud public ;
  • permettre au client de payer comme il le souhaite, soit en conservant l’achat de licences perpétuelles, soit par le biais de différentes offres d’abonnement ;
  • assurer au client qu’il pourra déménager ses données comme il le souhaite, d’un cloud public ou hybride à l’autre ou à une solution entièrement propriétaire.

Stephen Brobst, Chief Technology Officer de Teradata, se vante même que « les fonctionnalités soient identiques dans le cloud ou sur site propre », les performances pouvant néanmoins être impactées par le choix des prestataires d’hébergement.

Attention toutefois à certaines de ces promesses. Ainsi, celle concernant le déploiement partout implique de souscrire à l’offre Teradata Intellicloud et non à la plate-forme d’analyse seule. Dans ce premier cas, effectivement, Teradata fournit l’infrastructure de façon transparente et les clients n’ont à payer ni pour les hébergeurs de cloud, ni pour la mise en œuvre des mesures de sécurité. En Europe, outre les datacentres propres à Teradata, Intellicloud est disponible dans trois datacentres d’Amazon Web Services et depuis quelques jours dans une unité de Microsoft Aazure. Lors d’une rencontre avec la presse, Stephen Borst a catégoriquement refusé l’idée d’ouvrir le réseau à un hébergeur local : selon lui, « aucun n’a les capacités suffisantes pour répondre aux besoins des grands comptes et de toute façon, ils ne survivront pas longtemps ». En ce qui concerne le paiement, outre une différence possible entre les services, les abonnements seront calculés en nombre de requêtes effectuées en même temps. Si Teradata Analytics Platform est déployée peu à peu chez les clients de longue date, sa sortie officielle n’aura lieu qu’en août.

Articles du(des) même(s) auteur(s)

Sur le même sujet