+
-

Gestion d'actifs

Le prix de la nouveauté

Le 26/04/2016
Mathieu Caquineau

Les fonds indiciels strategic beta, communément appelés smart beta, suivent des indices non pondérés par la capitalisation boursière, mais par d’autres critères tels que la volatilité, le dividende ou la valorisation. Ces ETF, qui ont vocation pour la plupart à surperformer des indices traditionnels, bénéficient d’une popularité grandissante comme en témoigne la croissance de leurs actifs. Les investisseurs ont malheureusement tendance à être moins regardants sur les frais de ces nouveaux produits qu’ils ne le sont avec les ETF plus traditionnels. C’est regrettable. La nouveauté apportée par ces produits est en effet utilisée par leurs promoteurs pour justifier des frais plus élevés sans que leur coût de « fabrication » ne le justifie pleinement. Par exemple, les frais de gestion des fonds strategic beta basés sur l’univers des titres du S&P 500 sont trois fois plus élevés en moyenne que ceux des ETF suivant l’indice traditionnel. D’autres coûts sont aussi supportés par les investisseurs. La composition des indices strategic beta change plus souvent que les indices traditionnels, impliquant des frais de transactions plus importants qui viennent grignoter la performance. Enfin, la complexité croissante de ces produits et leur multiplication engendrent des coûts de recherche et de sélection certes plus difficiles à estimer mais bien réels pour les investisseurs. L’ensemble des frais doit rentrer en considération dans l’analyse de la valeur ajoutée de ces stratégies sur le long terme. Comme pour n’importe quel fonds, le prix est en effet l’une des rares variables que l’investisseur peut contrôler et qui a une incidence directe sur sa performance de long terme.

L'auteur

Séminaires

Articles du(des) même(s) auteur(s)

Sur le même sujet