+
-

Conformité de l’incrimination d’autoblanchiment au droit de l’Union

L’article 1er, paragraphe 2, sous a), de la directive 2005/60/CE du Parlement européen et du Conseil, du 26 octobre 2005, relative à la prévention de l’utilisation du système financier aux fins du blanchiment de capitaux et du financement du terrorisme, doit être interprété en ce sens qu’il ne s’oppose pas à une réglementation nationale prévoyant que l’infraction de blanchiment de capitaux, au sens de cette disposition, puisse être commise par l’auteur de l’activité criminelle qui a généré les capitaux concernés.

Par son arrêt du 2 septembre 2021, la deuxième chambre de la Cour de justice de l’Union européenne est venue admettre la conformité à la troisième directive antiblanchiment[1] de l’incrimination faite par un État membre de l’autoblanchiment. Si les États membres ont désormais l’obligation d’ériger pareil comportement en infraction sur le fondement de l’article 3, § 5, de la directive 2018/1673[2], il n’en allait pas expressément ainsi dans le cadre des troisième et quatrième directives.Cette évolution s’explique par une modification des fondements du droit dérivé en la matière. Tandis que ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

L'auteur

Articles du(des) même(s) auteur(s)

Sur le même sujet