+
-

Asie-Pacifique

Swift lance un PoC e-Voting sur DLT

Le 25/03/2019

Début mars 2019, la coopérative Swift a lancé dans la région Asie-Pacifique un POC (Proof of Concept – PoC – ou test de faisabilité) d’une solution de vote électronique exécutée sur un DLT (Distributed Ledger Technology). Aux côtés de Swift et de SLIB, éditeur de logiciels de solutions titres, ce PoC réunit Deutsche Bank, HSBC et Standard Chartered Bank, ainsi que DBS et la Bourse de Singapour (SGX), lesquels interviendront en outre en qualité d’émetteurs. L’objectif de ce PoC consistera à déterminer si le recours à un DLT permet, grâce à l’automatisation et une meilleure transparence de simplifier la gestion des assemblées d’actionnaires et des processus de votes, d’en réduire les coûts ainsi que les erreurs notamment constatées dans les démarches de vote par procuration.

« Le vote par procuration demeure un segment qui a peu bénéficié de l’automatisation des services de par les nombreux processus papier qui perdurent […] La co-conception d'une plateforme de vote électronique qui associe la technologie blockchain aux standards ISO pourrait ouvrir la voie à des changements radicaux et hautement profitables à la fois pour les investisseurs et pour les émetteurs », témoigne Jyi-chen Chueh, Executive Director and Head, Custody Services, Standard Chartered Bank.

Outre le déploiement d'une solution de vote, en collaboration avec des émetteurs et un dépositaire central, qui sauvegarde et gère les informations par le biais d’une blockchain privée avec gestion d’accès, le test, dont les résultats sont attendus pour la première partie de l’année 2019, a pour objectif de prouver la viabilité des solutions hybrides sur la base de la norme ISO 20022, en associant la messagerie Swift et la DLT. Il permettra à Swift de vérifier sa capacité à héberger des applications métiers de tiers et à réutiliser ses systèmes de sécurité et d’interface. Dernier objectif : confirmer l'utilisation du standard ISO 20022 comme base de normalisation des interfaces de programmes d'application (API) qui exposent le contenu DLT aux parties ayant un accès direct au registre.