+
-

Transition écologique

Les banques assument de suivre une trajectoire de long terme vers une économie bas carbone

Alors que les dispositifs de suivi de l’avancement des acteurs financiers vers le bas carbone se peaufinent, les banques expliquent mener une trajectoire de long terme vers l’objectif de réduction du réchauffement de l’Accord de Paris.

Le 30/11/2020
Laure Bergala

Régulièrement invitées par les ONG et parfois les Pouvoirs publics à faire plus dans leurs engagements vers une économie bas carbone, les banques assument le fait d'aller à leur rythme dans leur trajectoire de transition écologique. L’étude annuelle d’Oxfam les accusait ainsi à la veille de la Climate Finance Week de mener à un réchauffement de 4 degrés en 2100 si elles n’évoluaient pas. « Le rapport d’Oxfam porte sur un bilan statique, et qui date de 2017, or il faut regarder l’évolution. Nos portefeuilles et nos bilans reflètent l’économie. On ne peut pas passer d’une économie carbonée à une économie bas carbone en en laissant tomber des pans entiers. Ce qui est important c’est le mouvement. Les banques font partie des acteurs qui peuvent pousser à la transition énergétique, ce qui compte est la trajectoire et l’accompagnement de nos clients », indiquait Laurent Mignon, président de la Commission climat de la FBF, en ouverture de la Climate Finance Week le 26 octobre. « Il nous reste beaucoup à faire, nous partageons le constat d’Oxfam. Nous n’y sommes pas encore, et notre économie n’y est pas encore », a-t-il insisté.

Pour l’heure, les initiatives de suivi de l’évolution de la transition énergétique des acteurs financiers se multiplient. Les banques elles-mêmes ont lancé un indicateur de sortie du charbon. « Nous publions pour la première fois cette année, et c’est une première mondiale, l’exposition des banques françaises au charbon. Elle représente 2,3 milliards d’euros, soit 0,18 % de nos portefeuilles de prêts aux entreprises. Notre ambition est d’arriver à zéro », a indiqué Laurent Mignon.

Un Observatoire de la finance durable a été lancé fin octobre par la Place de Paris et les fédérations parmi lesquelles la FBF. Ce site internet publie les engagements de 355 acteurs financiers en termes de sortie du charbon et d’alignement vers la neutralité carbone à horizon 2050. « L’objectif est de dépasser les débats sur la méthodologie concernant la sortie du charbon, d’essayer en transparence d’améliorer cette méthodologie, et de montrer le cheminement », a expliqué Thierry Déau, président de Finance for Tomorrow. L’outil encore en phase de collecte sera opérationnel en 2021. Son objectif à 5 ans est de suivre les engagements individuels, de calculer l’alignement des portefeuilles sur l’objectif de l’Accord de Paris, et si possible de publier des mesures d’impact sur l’économie réelle.

De leur côté, l'ACPR et l'AMF ont publié fin octobre un premier rapport de suivi et d’évaluation des politiques charbon des institutions financières accompagné de recommandations. Un rapport global sur leur politique en matière de climat doit paraître en décembre 2020.

L'auteur

Séminaires

Articles du(des) même(s) auteur(s)

Sur le même sujet