+
-
Cet article appartient au dossier :

Équilibres macroéconomiques

Taux d’intérêt et soutenabilité des finances publiques dans les pays développés

Le contexte actuel de faibles taux d’intérêt rend la charge nette d’intérêt publique (en pourcentage du PIB) pesant sur la plupart des pays de l’OCDE inférieure à la fin de 2011 à celle qui prévalait au début de la décennie 2000. Reste à savoir dans quelle mesure cette situation atypique peut perdurer, quels en sont les facteurs explicatifs et quelles seraient les conséquences d’une remontée des taux.

Le 05/06/2012
Christian de Boissieu | Olivier Passet
L’urgence que l’on place dans l’objectif de consolidation des finances publiques est très largement conditionnée par le risque de hausse des taux d’intérêt qu’induit la dérive des dettes souveraines. Cette menace s’adresse non seulement à chaque pays considéré isolément, à travers le spread qui peut affecter son taux d’émission, mais aussi à l’ensemble des économies de l’OCDE, dans le cas d’une hausse généralisée des taux d’intérêt réels, comme celle subie par les pays développés dans les années 1980.Le renchérissement du coût du capital menace à double titre l’équation de soutenabilité ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

L'auteur

  • Christian de Boissieu
    • Professeur
      Université de Paris I (Panthéon-Sorbonne)
    • Président
      CAE (Conseil d’Analyse Economique)
  • Olivier Passet
    • Conseiller auprès du Président
      CAE (Conseil d'Analyse Economique et Sociale)

Séminaires

Sommaire du dossier

Articles du(des) même(s) auteur(s)

Sur le même sujet