+
-

Prévention du risque systémique

La directive EMIR, les dérivés OTC et les chambres de compensation

La directive EMIR a été publiée en juillet 2012, suivie en septembre par les standards techniques de l’ESMA, pour une validation définitive par la Commission européenne prévue à la fin d’année. À la veille de son application à compter, en principe, du début 2013, où en est-on de la préparation des différents acteurs à sa mise en œuvre ? Quels impacts la réforme peut-elle avoir dans un secteur qui a été au cœur de l’innovation financière des vingt dernières années ?

Le 02/01/2013
Patrice Renault
La Directive EMIR [1] publiée le 27 juillet dernier a été édictée sous la pression des plus hautes autorités politiques internationales (sommets G20 de Pittsburgh en septembre 2009, Toronto en juin 2010) suite aux dysfonctionnements révélés par la crise de ​2008 et imputés au manque de transparence du marché des dérivés OTC [2].Le débat EMIR et Dodd-FrankDès le premier janvier 2013, en principe, l’ensemble des acteurs concernés devront prendre en compte les nouvelles obligations issues de ce texte et des standards d’application diffusés fin septembre sous l’autorité de l’ESMA [3]. La ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

L'auteur

  • Patrice Renault
    • Conseiller indépendant, spécialiste « Risques, Réglementations, Infrastructures marché et post-marché »
    • Membre groupes de Place à Paris (CFONB, AFTI, AMF, EUROPLACE)

Articles du(des) même(s) auteur(s)

Sur le même sujet