+
-
Cet article appartient au dossier :

Le point de vue du superviseur

« Le cadre réglementaire doit maintenant être stabilisé »

Avec Bâle III, EMIR et l’encadrement des rémunérations, la réglementation, notamment celle des activités de BFI, a évolué dans le bon sens ; mais pour que les banques puissent construire leur stratégie à moyen terme, ce cadre doit être stabilisé. D’autres projets réglementaires en cours de discussion pourraient s’avérer moins pertinents, comme la réforme européenne des structures des banques ou la TTFE.

Quel état des lieux faire de la réglementation de la BFI ?Rappelons tout d’abord que la BFI garde une mauvaise image, auprès des Pouvoirs publics et politiques, mais aussi auprès de certains régulateurs, due au fait que celle-ci a été au cœur des produits complexes qui sont, entre autres causes, à l’origine de la crise.La BFI a fait l’objet de différentes réglementations totalement justifiées, plus particulièrement en ce qui concerne la partie prudentielle : avant même la crise, Bâle II a rénové la manière d’apprécier les risques de crédit, pris en compte les risques opérationnels, mais en ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

L'auteur

Séminaires

Sommaire du dossier

Articles du(des) même(s) auteur(s)

Sur le même sujet