+
-

L'actualité des M&A bancaires

Offensives en Afrique

Le 28/01/2015
Georges Pujals

En cette fin d’année 2014, les groupes financiers français révèlent au grand jour leurs ambitions de conquête en Afrique subsaharienne.

BNP Paribas a signé un ac­cord avec JD Group en vue d’ac­qué­rir les ac­ti­vi­tés de cré­dit à la consom­ma­tion du distributeur sud-africain en Afrique aus­trale pour plus de 320 millions d’euros (voir Encadré 1). La transaction sera réalisée via RCS,  la filiale sud-africaine de BNP Paribas, et devrait être finalisée au 1er avril 2015. Pour rappel, BNP Paribas avait pris le contrôle de l’intermédiaire financier sud-africain RCS en août dernier, pour un montant de près de 185 millions d'euros. À travers l’acquisition de JD Group, la banque française cherche à renforcer son positionnement sur ce marché majeur et prometteur du continent africain. À l’issue de la transaction, RCS va ainsi doubler sa taille et ajouter à son activité de carte de crédit (distributeurs) celle de crédit à la consommation sur le lieu de vente.

En parallèle, BNP Paribas a annoncé le renforcement de son partenariat avec le groupe sud-africain Steinhoff, spécialiste de la vente de meubles et d’équipements pour la maison, et actuel propriétaire de 86 % du capital de JD Group. En France, Steinhoff est aussi propriétaire de Conforama depuis 2011. Il va prendre une participation minoritaire de 30 % dans le capital de RCS. En contrepartie, un accord commercial sur 10 ans sera conclu entre les deux partenaires.

Quelques jours plus tôt, c’était au tour d’Axa de faire son entrée au Nigeria. Déjà actif dans six pays d’Afrique (Algérie, Cameroun, Côte d’Ivoire, Gabon, Maroc et Sénégal), il va racheter Mansard Insurance, le quatrième assureur du pays. Cette transaction, d’un montant de 198 millions d’euros, se fait via l’acquisition de la totalité d’Assur Africa Holdings, qui détient 77 % du capital de la cible. Cette opération constitue une opportunité unique pour Axa de s’implanter dans la première économie du continent, avec un PIB de 378 milliards d’euros en 2013, et dans le pays le plus peuplé d’Afrique, avec une population de 174 millions d’habitants. En pleine croissance, le marché de l’assurance nigérian est par ailleurs le 3e du continent africain, avec 1,5 milliard d’euros de primes en 2013, derrière le Maroc et l’Afrique du Sud. L’assurance dommages représente 75 % des primes, contre 25 % pour l’assurance vie (voir Encadré 2). Bien que minoritaire par rapport à l’assurance des entreprises (70 % du marché), l’activité dédiée aux particuliers connaît une croissance soutenue d’environ 40 % par an depuis 2010. Le Nigeria présente un fort potentiel de développement de cette dernière, en raison du faible taux de pénétration des produits d’assurance [1] et des fortes perspectives de croissance de l’économie nigériane, notamment grâce à l’émergence d’une classe moyenne de plus en plus nombreuse.

 

Achevé de rédiger le 25 janvier 2015

[1] Prime moyenne de 11 dollars par habitant au Nigeria (Kenya : 35 dollars/hab ; Maroc : 97 dollars/hab ; Afrique du Sud : 1025 dollars/hab).

L'auteur

  • Pujals
    • Chargé d'études
      Bureau Van Dijk
    • Professeur associé
      INSEEC Business School
    • Chargé de cours
      Université Paris-Descartes

Pour en savoir plus

image
  • 1. PRINCIPALES OPÉRATIONS DE M. & A DANS LE SECTEUR BANCAIRE MONDIAL

    1. PRINCIPALES OPÉRATIONS DE M. & A DANS LE SECTEUR BANCAIRE MONDIAL

Articles du(des) même(s) auteur(s)

Sur le même sujet