+
-
Cet article appartient au dossier :

Solvabilité 2 : Limites et impacts de l'approche Risk-Based Capital sur la réassurance

Solvabilité 2 donne lieu à une meilleure prise en compte du rôle des réassureurs en matière de transfert de risque. Mais elle pondère également le risque de contrepartie que peuvent représenter ces derniers pour la cédante. La directive définit en outre de nouveaux critères dans le choix des programmes de réassurance.

Le 09/10/2012
Anne Liu
La mise en place de la nouvelle norme prudentielle, prévue pour le 1er janvier 2014 (ou 2015, selon la décision qui sera prise par la directive Omnibus 2), ébranle le secteur de l’assurance dans sa totalité. Les régulateurs européens optent à leur tour, deux décennies après leurs homologues américains, pour un principe de Risk-Based Capital, permettant à la fois l’harmonisation des règles comptables, des règles prudentielles, de gestion, et de transparence dans les 27 pays où les assureurs peuvent opérer en libre prestation de services. Rappelons que le but de Solvabilité 2 est de réaliser ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

L'auteur

Séminaires

Sommaire du dossier

Articles du(des) même(s) auteur(s)

Sur le même sujet