+
-
Cet article appartient au dossier :

Rémunération

Rétrocommissions : non aux fausses évidences

Dans le cadre des discussions devant donner naissance à MIF 2, l’idée d’une interdiction des rétrocommissions est débattue. Si elle est adoptée, l’industrie de la gestion d’actifs en souffrira, mais aussi la qualité de l’offre de produits financiers ainsi que la concurrence.

Le 28/08/2012
Eric Pagniez
Un conseiller en investissement (ou un gérant sous mandat) ne doit pas être influencé par l'« avantage » (inducement) qu’il reçoit de la part du producteur du produit financier, généralement une société de gestion d’actifs. Dans le cas contraire, il serait en conflit d’intérêts avec l’investisseur. C’est du bon sens, mais d’aucuns proposent des mesures radicales, disons une médecine de choc. Concentrés sur ce seul objectif, ils ne mesurent pas les effets secondaires des thérapeutiques qu’ils proposent. C’est ainsi que certains régulateurs prônent, dans le cadre de la révision en cours de ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

L'auteur

  • Eric Pagniez
    • Délégué Général Adjoint
      AFG (Association Francaise de Gestion financière)

Séminaires

Sommaire du dossier

Articles du(des) même(s) auteur(s)

Sur le même sujet