+
-
Cet article appartient au dossier :

Les données massives : deux mythes et un paradoxe

L'engouement pour le Big Data dans le secteur de l'assurance est-il justifié ? Les promesses de segmentation toujours plus fine et de personnalisation des offres conduisent-elles à un réel progrès pour l'intérêt général ? Et que penser de la qualité de ces quantités de données collectées et donc des informations obtenues ? Pierre-Charles Pradier soumet ces questions à une contre-expertise.

Le 09/11/2016
Pierre-Charles Pradier
Les données massives dans l’assurance, c’est la promesse de parts de marché sans limite pour les premiers arrivés… et le bouillon pour les autres. En effet, leur traitement devrait permettre de segmenter plus finement que jamais ; aussi la guerre des tarifs et la sélection seront-elles sans pitié, pour le plus grand profit du consommateur. Le tout naturellement, sous l’œil ému des représentants de l’intérêt général, qui célébreront les progrès de la science actuarielle au service du bien-être des peuples. Cette image d’Épinal a le mérite de faire vendre dans l’allégresse des « solutions » ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

L'auteur

Sommaire du dossier

Articles du(des) même(s) auteur(s)

Sur le même sujet