+
-
Cet article appartient au dossier :

Services financiers sur mobile

« Les agences bancaires n’incarnent pas le futur »

Le développement des services financiers sur mobile en Afrique a pour corollaire le rôle stratégique joué par les agents qui assurent la convertibilité de la monnaie électronique en cash. Fondé par une poignée d’acteurs promouvant l’inclusion financière, The Helix Institute forme les entreprises, qu’elles soient des banques ou des opérateurs téléphoniques, à la gestion d’un réseau d’agents. Basée à Nairobi, l’institution étudie plus particulièrement le cas kényan. Sans en faire un exemple à suivre.

Diriez-vous que le Kenya est une référence en matière de services financiers digitaux ?Le Kenya est en avance mais n’est pas, selon moi, un modèle à copier. L’opérateur téléphonique Safaricom a vu son service M-Pesa se développer rapidement, car beaucoup de Kényans travaillent loin de leur famille et ont besoin d’une solution pour transférer de l’argent de personne à personne. Aujourd’hui, Safaricom occupe une position dominante. Il facture des frais plus élevés, sous prétexte que son offre facilite la vie de ses clients. Or l’objectif de l’inclusion financière est de permettre l’accès et ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

L'auteur

  • Jacqueline Jumah - The Helix Institute
    • Manager - Strategic Operations for Digital Finance
      The Helix Institute of Digital Finance

Séminaires

Sommaire du dossier

Sur le même sujet