+
-
Cet article appartient au dossier :

Réconcilie finance et croissance

Le capitalisme « patient »

Pour que la finance aille dans le sens de la croissance économique, de l’intérêt général, voire même de l’intérêt des générations futures, il ne suffit pas de la réguler. Il faut aussi et surtout qu’elle soit patiente et investie sur le long terme : est-ce le cas à l’heure actuelle ?

Le 19/05/2015
Abdeldjellil Bouzidi
La finance serait-elle vouée à œuvrer contre l’intérêt général ? Sept ans après la plus grande crise de l’histoire connue par le secteur financier depuis l’après-guerre, la question revient régulièrement dans le débat public. Les scandales à répétition qui ont entaché le secteur financier depuis quelques années (l’affaire du Libor, la manipulation des taux de changes, etc.) et les amendes record payées depuis 2009 – estimées à quelque 230 milliards de dollars [1] – ont, à l’évidence, laissé des traces. Crise et réforme du secteur financierLe monde post-crise financière a été marqué, dans ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

L'auteur

  • Bouzidi
    • Directeur-fondateur
      Emena Advisory
    • Enseignant en économie industrielle
      Université Sorbonne Nouvelle Paris 3
    • Économiste, membre de plusieurs cercles de réflexion, membre de l'Autorité de la statistique publique

Séminaires

Articles du(des) même(s) auteur(s)